• Stay

"Un Nouveau Souffle pour Pontoise"

Solidarités
Mars 2015

Les plus faibles d’entre nous, souvent noyés dans les soucis, sont une proie facile pour les intégrismes de toute nature, intégrismes face auxquels l’éducation et la solidarité restent des remèdes efficaces.

Et parmi les plus faibles des plus faibles, se trouvent les sans-abris, que Pontoise voit atterrir en nombre dans son quartier de la gare.

La misère devient visible.

A la plus grande exaspération des riverains, le garage à vélo, couvert, sur le parvis de la gare, servait à un groupe de jeunes marginaux de refuge contre les intempéries. La solution trouvée fût d’en retirer le toit en tôle, afin de les soustraire à la vue du chaland.

Ceci pourrait paraitre satisfaisant, mais ce n’est pas parce que vous enlevez les traces de la misère que celle-ci ne prospère pas.

Alors c’est un SDF qui a planté sa tente derrière la gare parmi les herbages, passant inaperçu pour beaucoup.

Et, à la mi février, c’est un papy , qui, au beau milieu de la place de la gare, campe chaque soir, avec une attention digne des meilleurs femme de chambre, sa couette entre ses deux caddies, soigneusement cadenassée aux grilles de protection des arbres de la gare, et bondés de choses hétéroclites.

Ces trois anecdotes, dans ces lieux, sont des signes forts : La société se doit de protéger les plus faibles.

Devant une telle évidence de cette misère, à la veille de la réunion publique de quartier, une entreprise a été mandatée pour nettoyer le quartier de la gare : Ce sont des dizaines de mètres cubes d’ordures qui ont été retirées

Car si Pontoise s’enorgueillit de son label de vie d’art et d’histoire, quel triste spectacle s’offrait ainsi au visiteur abordant par les transports notre ville.

Qu’elles que soient les contraintes financières, la prise en compte de la protection des plus faibles ne peut s’inscrire que dans le cadre d’une politique publique, et non faire l’objet de mesurettes prises au coup par coup prises sous les pressions populaires.
 

Pascal Bourdou

 

Hôtel de Ville

2, rue Victor-Hugo
95 300 Pontoise
Tél. 01 34 43 34 43

Lundi, mardi, mercredi : 8h45-17h
Jeudi : 14h-17h
Vendredi : 8h45-16h30
Samedi : 8h45-12h15

Lettre d'information

randomness