Pontoise

Ville d'art et d'histoire
  • Stay

Les mystères de Saint-Maclou

Cathédrale de Saint-Maclou

Son clocher domine Pontoise et ses environs depuis des siècles. Sa façade occidentale dotée d’un grand  portail et d’une superbe rosace de style gothique flamboyant ne peut qu’impressionner le visiteur. Mais ce sont avant tout ses trésors patrimoniaux qui la rendent unique.

Cette église devenue cathédrale en 1966, est aujourd’hui classée ‘’Monument historique" et est, cas rarissime en France, propriété de la Ville.

Des joyaux architecturaux

Depuis sa construction au XIIe siècle, chaque époque a laissé son empreinte sur l’édifice. Il en résulte un “patchwork’’ de styles, issu d’une longue succession de travaux.

De nos jours, les aménagements du XVIe siècle ont pris le pas sur les décors primitifs épurés, à l’exception de ceux du transept (la partie rectangulaire située entre le chœur et la nef ) et du chevet (la façade extérieure visible en remontant la rue de l’Hôtel de Ville).

L’architecte Jean Delamarre avait donné à l’église en 1547 son impression de grandeur et ses ornements italianisants typiques de la Renaissance. Les satyres, les faunes et les chimères apparaissent ainsi sur les chapiteaux sculptés et la voûte de croisée porte le “F” de François Ier et les croissants d’Henri II.

La chapelle de la Passion

Au XVIème siècle, l’église Saint-Maclou est déjà célèbre pour son "double-collatéral", ses deux rangées de colonnes du bas côté-nord et plus encore pour sa chapelle de la Passion, à gauche de l’entrée. Cette pièce réunit, en effet, trois chefs-d’œuvre.

La sculpture de Nicolas Leprince : “La mise au tombeau”, se distingue par le contraste entre la pureté des traits des visages divins et le traitement réaliste des autres personnages, tandis que deux vitraux “Le portement de la croix” et “La crucifixion” brillent par leur expressivité, leurs couleurs vives et leurs ombrés. Quatre cents ans avant de devenir cathédrale, l’église Saint-Maclou abrite déjà ses principaux trésors.

Au fil des années, d’autres artistes réputés lui confèrent une dimension artistique supplémentaire, comme l’architecte pontoisien Pierre Lemercier qui coiffe le clocher d’un élégant lanternon.

Dès le XVIIème siècle, l’église réunit la plupart des œuvres picturales des édifices religieux de Pontoise suite à la confiscation des biens des Jésuites et à la Révolution.

Parmi elles, “La Déposition de croix” réalisée en 1708 retient l’attention. Ce tableau est à n’en pas douter, l’un des trésors les plus remarquables de la cathédrale. Son auteur n’est  autre que Jean Jouvenet, le directeur de l’Académie de peinture et contributeur de la décoration du Trianon et des Invalides.

Autres richesses de l’édifice : deux vitraux réalisés, l’un par Didron en 1887 : “Le vœu de Pontoise” et l’autre par Gsell en 1885 : “Le vœu de Saint-Louis”.

La cathédrale décline ainsi différentes pages de l’histoire de Pontoise réunies dans un cadre esthétique exceptionnel.

Sculpture "La mise au tombeau"
Le chœur et ses verrières
Infos pratiques : 

En 2012, des travaux de mise en sécurité à l’intérieur de l’édifice et une réhabilitation de la  façade Sud (côté rue de l’Hôtel de Ville) avec une mise en lumière des vitraux ont été effectués au sein de la cathédrale Saint-Maclou.

randomness