Pontoise

Ville d'art et d'histoire
  • Stay

Procédure de restauration du corps d'ouvrage

Découvrez toutes les étapes de la procédure de restauration du corps d'ouvrage.

Démontage des coutures
Nettoyage à sec des feuillets. Dépoussiérage par brossage et nettoyage à la gomme éponge
Nettoyage à l’humide par immersion des feuilles en bain de méthylcellulose. Elimination des produits de dégradation acides, atténuation des taches d’humidité. Avant immersion, chaque feuillet est placé entre papiers poreux (chanvre de Manille) puis l’ensemble entre toiles sérigraphiques
Sortie du bain. La méthylcellulose est retirée par passage d’une spatule. Le feuillet est toujours protégé
Bords redressés et mis à plat. Opération réalisée sur table lumineuse
Le feuillet est positionné sur table lumineuse entre deux voiles de mylar. Les voiles de mylar sont appuyés sur le document à l’aide d’une spatule. Ils ne doivent présenter aucun pli de surface
L’opération la plus importante de la restauration est le comblage des lacunes. Pour ce registre, tous les comblages ont été réalisés manuellement
Le papier utilisé pour les comblages a été préparé pour correspondre au mieux au grammage du feuillet à combler, à la couleur de fond du feuillet et à la taille des lacunes (absence de raccord)
Découpe au scalpel et défibrage du papier servant au comblage. L’opération est réalisée sur table lumineuse pour épouser le plus possible les bords des zones lacunaires. Le feuillet est toujours protégé par les voiles de mylar
La découpe est réalisée. Le surplus est enlevé. Il ne reste en place que le papier épousant parfaitement les bords des lacunes
Le comblage est réalisé
Pose d’un voile de mylar pour pouvoir retirer le comblage (sans le déformer) et le positionner définitivement sur la zone lacunaire
Soulèvement et dégagement du comblage à l’aide du mylar servant de support vecteur
Enlèvement du voile de mylar protégeant la face supérieure du feuillet
Encollage des lèvres des zones lacunaires. La colle utilisée est la colle d’amidon
Le comblage est posé par transfert. Le mylar est utilisé comme vecteur
Une fois le comblage positionné, le mylar, ayant servi à son transfert, est enlevé
Le feuillet est toujours positionné sur un voile de mylar. A ce stade, selon nécessité, l'on peut procéder à la désacidification du feuillet par vaporisation de di-sodium tétraborate en solution aqueuse
Consolidation des feuilles par doublage avec du papier japonais
Les feuillets ont été doublés sur une face et les zones les plus affaiblies ont été consolidées par doublages localisés sur la face opposée
Après séchage en presse, les feuillets sont consevés plusieurs jours entre buvards neutres, sous poids, pour une parfaite stabilisation
Les feuilles ébardés sont ensuite repliés et reclassés
Les supports de couture ont été repositionnés à l'identique et les passages de couture originels réutilisés
Réfection des tranchefiles à l'identique avec fils de soie bleutée
randomness