Un quartier, une histoire : Les Louvrais

 Quartier des Louvrais : Pontoise, 1988, © Archives municipales Au  lendemain  de  la  Seconde Guerre mondiale,  la  France  subit une  crise du  logement  aggravée par le Baby-Boom.  La  population  est multipliée par deux et se concentre majoritairement dans les villes.

Mais,  après  la  guerre,  dans  les centres anciens des communes de France, les logements occupés par les  familles  sont  insalubres  et manquent de commodités (chauffage, eau, WC).

La France doit  se reconstruire rapidement.  Pour  enrayer  cette  crise  du logement  et  venir  en  aide  à  ses administrés,  la  Ville  de  Pontoise réagit et cherche à construire des habitations.

Ainsi, sur d’anciennes terres agricoles  (champs  de  céréales  et  de betteraves), naît dans  les années 60 le quartier des Louvrais.

Terrain Larue Pontoise, 1998 ©Archives municipalesLa construction d’un quartier moderne...

Le quartier des Louvrais est délimité par le centre hospitalier René Dubos et le lycée Camille Pissarro. Cet ensemble de 40 hectares se structure principalement autour de la route de Gisors. Dans les années 60, les nouveaux immeubles construits dans ce quartier sont à la pointe de l’architecture et des constructions modernes. Chaque logement est alors équipé du confort nécessaire : salle de bain, chauffage, eau courante et place de parking. A cette époque, pas moins de 25 % de la population vit dans  ce quartier.

 Quartier des Louvrais : maquette  © Découassoud, Paris, 1960 Archives municipales

... avec de nombreuses infrastructures

La place de la Paix constitue le cœur du quartier. Pour faciliter  le  quotidien  des  habitants,  de  nombreux équipements y sont construits et diverses infrastructures apparaissent. Les Pontoisiens y bénéicient de commerces de proximité, de 3 écoles, d’un collège, d’un lycée, d’une bibliothèque annexe, d’une piscine municipale et même d’un théâtre.  Le quartier des Louvrais a une personnalité  forgée grâce à la présence de 2 structures incontournables, de 2  lieux de vie  :  la Scène nationale L’apostrophe édifiée en 1974 et la maison de quartier des Louvrais construite  en  1976.  Le  théâtre  des  Louvrais  est labellisé en 1990 ˝Scène nationale˝ par le Ministère de la Culture. Ce label est accordé aux théâtres publics particulièrement proches des habitants.

Cette distinction s’est accompagnée d’un important projet de réhabilitation de 1997 à 1999. Depuis 1999, Le théâtre des Arts à Cergy et le théâtre des Louvrais sont réunis sous le nom ˝L’Apostrophe˝. La maison de quartier des Louvrais a quant à elle été inaugurée en 1976 et réhabilitée en 2005. L’association Aquarel gère la  structure  depuis  2000  en  organisant  diverses activités comme des ateliers artistiques et sportifs, des cours de soutien scolaire...

Paroles de Pontoisiens

Le vendredi 31 mars 1961, les journalistes  du bihebdomadaire ˝L’avenir˝ ont rencontré les locataires de l’un des nouveaux immeubles du quartier des Louvrais.
Découvrez les confidences des nouveaux locataires...

Madame Juillard,  dont le mari est  chaudronnier-tôlier, mère de 4 illes :
˝Nous étions installés rue Lermercier dans un logement assez ancien. C’est vous dire si je suis contente de mon nouvel appartement si confortable. Le sixième étage me convient mais pas plus haut. D’ailleurs le point de vue est magnifique˝.

Monsieur Hage, employé de banque, père de deux garçons  et d’une fille :
˝J’étais concierge à la banque de France où bien entendu je n’étais pas mal logé. Mais ici il y a un panorama splendide. Oui on peut le dire c’est une belle réalisation˝.

Sources
le bihebdomadaire ˝L’avenir˝ -
Archives municipales, cote1DHP43